Vers une nouvelle définition du droit d’auteur…

AU SOMMAIRE :
  1. L'offre légale disponible sur Internet: du payant et du gratuit
  2. copyright vs. copyleft
  3. Quid de la rémunération des artistes ?

Alors que la Hadopi peine à justifier sa légitimité, les partisans d’alternatives à ce système répressif sont nombreux. Avec l’essor d’Internet, c’est la question de la liberté d’accès à la culture et le principe même de droit d’auteur qui se trouvent remis en question. Aujourd’hui, Internet permet la libre circulation des œuvres fixées sur support numérique (c’est-à-dire dématérialisé), que ce soient des films, des épisodes de séries TV, des logiciels, des jeux vidéos et même des livres. Les logiciels de peer-to-peer (pair-à-pair) fonctionnent sur ce principe d’échange mutuel de fichiers: à partir du moment où un internaute commence le téléchargement d’un fichier, les parties de ce fichier déjà téléchargées seront à leur tour mises à disposition des autres internautes. Avec la loi DADVSI, les logiciels de peer-to-peer, pourtant tout à fait légaux en soi, deviennent interdits (les internautes ne doivent pas avoir ce type de programmes “destinés à l’échange et au téléchargement illégal d’œuvres protégées” installés sur son ordinateur), en même temps que les logiciels de contournement de sécurité des disques (CD, DVD). Pourtant, là encore, ce type de logiciel était tout à fait légal dans la mesure où il servait au droit à la copie privée.

L’offre légale disponible sur Internet: du payant et du gratuit

Internet a vu fleurir les offres légales adaptées au nouveau contexte numérique: l’absence de support matériel pour les œuvres. Apparaissent alors les liseuses électroniques (les tablettes remplissent aussi cette fonction), les passerelles multimédia et disques durs multimédias, les TV connectées, et bien avant cela les lecteurs MP3. Les distributeurs se mettent à vendre les œuvres habituelles, mais dématérialisées, proposées au téléchargement, pour une lecture sur les appareils cités ci-dessus. D’autres ont compris que l’internaute habitué à obtenir gratuitement les fichiers qu’il désirait refusera d’entrer dans la démarche – payante – proposée par les majors. (Pourquoi payer quand on peut avoir la même chose gratuitement ?)

Beezik est alors créé. C’est un site qui permet de télécharger des musiques gratuitement et légalement en échange du visionnage d’une publicité pour chaque titre. Malheureusement, Beezik n’a pas su s’adapter, contrairement à ce qu’il promettait: l’immense majorité des titres disponibles sont protégés par des DRM, qui ne rendent leur lecture possible que sur l’ordinateur, limitent la synchronisation sur lecteur MP3, empêche la gravure sur CD et oblige l’internaute à renouveler sa licence (gratuitement) tous les mois, en se connectant au site. Si ce n’est que pour écouter de la musique sur son ordinateur, à quoi bon télécharger ? Deezer propose 5h d’écoute gratuite par mois et Youtube ne limite pas le visionnage de ses vidéos et de ses clips.

Beezik n’est pas le seul site à proposer de la musique gratuitement et légalement. Depuis bien plus longtemps que Beezik, Jamendo propose des milliers de titres à télécharger gratuitement, légalement, et sans aucune restriction ni contrepartie. On peut ainsi télécharger un album entier sans être obligé de télécharger titre par titre ni regarder aucune publicité. Comment cela fonctionne-t-il ? La musique disponible sur Jamendo est de la musique dite “libre”. Leurs auteurs souhaitent la rendre disponible gratuitement pour le public. Cette gratuité est souvent accompagnée d’autres droits, plus ou moins limités: les fichiers mis en ligne sur Jamendo ne sont pas protégés par un copyright, mais sont distribués sous une licence “Creative Commons” qui accorde plus ou moins de droits à l’internaute dans le cas de la réutilisation du fichier.

Techniquement en France, un auteur (de n’importe quel type d’œuvre) ne peut placer son œuvre dans le domaine public, par sa simple volonté. Il faudra attendre 70 ans après sa mort pour que la loi française reconnaisse le droit de tout individu à réutiliser comme il l’entend et sans restriction l’œuvre de cet auteur. Il peut abandonner tous ses droits, mais pas sa paternité: le nom de l’auteur doit rester associé à l’œuvre, tant que l’œuvre n’est pas tombée dans le domaine public.

Face au copyright et à ses “droits réservés”, le copyleft et les licences libres furent créés. Ces licences combinent différents items, que voici:

  • Paternité [BY] (Attribution) : l’œuvre peut être librement utilisée, à la condition de l’attribuer à l’auteur en citant son nom.
  • Pas d’utilisation commerciale [NC] (Noncommercial) : l’œuvre ne doit pas être utilisée dans un but commercial (sauf autorisation individuelle de l’auteur).
  • Pas de modification [ND] (NoDerivs) : l’œuvre ne doit pas être modifiée (traduction, adaptation…).
  • Partage des conditions initiales à l’identique [SA] (ShareAlike) : les œuvres modifiées doivent être proposées sous les mêmes conditions que l’œuvre originale.

Aujourd’hui, la recherche scientifique doit privilégier le copyleft, dans la mesure où son but est la propagation des idées et non la protection du support ou de la forme. La garantie de la paternité de l’œuvre ainsi que de son intégrité suffisent au chercheur et facilite la diffusion de ses travaux.

Quid de la rémunération des artistes ?

C’est la grande question qui se pose. Si le droit d’auteur évolue et les nouvelles licences ne prévoient plus une rémunération de l’artiste, comment garantir que la culture ne mourra pas ?

La culture ne peut pas mourir. Même si le système du copyright tombait, la culture serait toujours maintenue. Il suffit de regarder en arrière. Les artistes du Moyen-Âge ne vendaient pas de CD. Certes les trouvères et troubadours étaient rémunérés pour leurs prestations. Aujourd’hui, les chanteurs et musiciens tirent aussi d’importants revenus de leurs concerts, idem pour les acteurs au théâtre. De plus, les mécènes ont toujours existé. Aujourd’hui encore, des films indépendants comme ceux basés sur les écrits de Tolkien furent financés uniquement grâce aux dons du public. Et puis si l’homme ne peut plus profiter de la culture, alors il créera lui-même cette culture. Henry VIII n’a pas composé “Greensleeves” pour en retirer un avantage pécuniaire.

La rémunération des artistes reste un problème majeur. La fin de la rémunération des artistes reviendrait signer la mort de la culture telle qu’on la connaît aujourd’hui. Bien sûr, cela épargnerait nos yeux et nos oreilles des œuvres insipides qui n’ont d’œuvres que le nom. Mais cela nous privera de grosses productions qui auraient mérité d’exister. La publicité peut apporter une certaine quantité d’argent, mais pas assez: il suffit de voir le nombre de publicités à visionner pour que Beezik accepte de vous céder un album musical. La quasi-totalité des candidats à la présidentielle 2012 prévoyait de faire payer une contribution par les FAI et/ou les internautes, qui donnerait alors droit à une licence globale: un accès illimité à toute la culture existante. Le problème est la difficulté à mettre en place cette licence globale: comment savoir ce qui a été téléchargé et donc comment rémunérer les artistes le plus justement possible ?

Hadopi, instance obsolète avant même sa création, vit ses derniers jours. Sa suppression faisait partie du programme de l’actuel président de la République. La question est maintenant de savoir par quoi elle sera remplacée et surtout comment.

VN:F [1.9.22_1171]
Evaluez l'article :
Note : 0.0/5 (0 votes)

A propos Jérôme

Webmaster du site CinePhil.net, Jérôme écrit occasionnellement des articles pour ChezMat.fr. Cinéphile et sérievore, il exprime son avis sur l'actualité du cinéma et du petit écran.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

11 Commentaires

  1. Mais quel article :-D Très intéressant, merci pour la lecture (et on ne peut plus d’accord avec tes conclusions !)

    • Un grand merci à Jérôme pour cet article! C’est avec grand plaisir que je l’accueille sur ChezMat pour ce premier article! J’espère qu’il continuera à nous proposer des articles de qualité (petit appel du pied pas très discret :-)). Et comme en plus, on est raccord sur le thème, c’est parfait! Je suis juste un peu moins certain sur la disparition annoncée de la Hadopi, car je crains que cela ne fasse partie des promesses de campagne non tenus!

  2. Ping :Vers une nouvelle définition du droit d’auteur… | Photographie professionnelle | Scoop.it

  3. « Aujourd’hui, les chanteurs et musiciens tirent aussi d’importants revenus de leurs concerts, idem pour les acteurs au théâtre. »
    Article très intéressant. Je remarque toutefois que les artistes ne sont pas considérés dans leur gloabalité. On ne peut en effet réduite cette catégorie aux seules vedettes qui percoivent en d’important revenus, qu’en est-il des auteurs, des plasticiens, des illustrateurs, des graphistes et des photographes qui eux aussi tirent leurs revenus du droit d’auteur et qui sont très souvent dans une situation économique difficile.

    • Bonsoir Jean-Luc,

      Comme l’article aborde la notion du droit d’auteur via la prisme d’internet et d’Hadopi, on pense effectivement d’abord aux musiciens / chanteurs et à la TV et au cinéma. Et pas forcément de célébrités! Des musiciens vivent de leur art sans pour autant passer par la case Majors, radio,… Le spectacle vivant reste la meilleure source de revenu pour les artistes. Mais c’est vrai qu’on oublie les “autres” artistes auquel tu fais mention! Merci pour le rappel!

    • Si, tous les artistes sont considérés. Les licences Creative Commons n’interdisent pas forcément de rémunération de l’auteur de l’oeuvre, en particulier si l’usage de celle-ci est commerciale. Les illustrateurs, graphistes, photographes… travaillent en général pour des entreprises, qui se servent de leurs œuvres dans un but commercial. Les auteurs de livres, cependant, peuvent être assimilés aux artistes du monde la musique et du cinéma, dans la mesure où le livre numérique se trouve aussi sur le net sous la forme de fichier téléchargeable. Les éditeurs cependant continueront de vendre des livres au format papier: contrairement au disque, les livres papiers ont de beaux jours devant eux.

  4. Ping :Vers une nouvelle définition du droit d’auteur… | Des droits, des auteurs | Scoop.it

  5. Je rejoins ce qui a été dit, c’est un très bon article qui résume bien tout cela. Je ne connaissais pas du Beezik (et comprend que ça n’ait pas marché si la seule proposition était d’écouter en ligne) ni Jamendo. D’ailleurs concernant ce dernier, il y-a-t-il beaucoup de titres disponibles? A priori on ne pourra pas y trouver tout ce qu’on veut non?

  6. Merci Dominique.
    Beezik ne propose pas d’écouter des titres en ligne (ou alors seulement d’écouter un extrait de 30 secondes): son but est le téléchargement (mais bien souvent avec des DRM qui limitent les possibilités d’écoute). C’est Deezer qui propose l’écoute en ligne.
    En ce qui concerne Jamendo, ce site ne propose que de la musique “libre”, donc qui ne passe pas par les circuits habituels (radio, TV, publicité…). Mais on y trouve quand même de la musique de qualité !

  7. Ping :[Comment télécharger ?] Introduction - CinéPhil : CinéPhil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.